The Babe Rainbow – The Babe Rainbow

C’est un voyage dans le temps que je vous propose aujourd’hui avec l’album éponyme de The Babe Rainbow, sorti le 14 juillet dernier et qui succède ainsi à leur EP sorti quelques mois plus tôt et sur lequel on avait beaucoup aimé Secret Enchanted Brocoli Forest (entre autres). Originaires de Byron Bay, en Nouvelles Galles du Sud, le groupe est signé sur l’excellent label Flightless.

© Flightless Records

Je les avais remarqués par l’ambiance hyper sixties du groupe et surtout par la présence de sitar dans certains de leurs morceaux deux éléments que l’on retrouve avec plaisir sur ce premier effort que nos proposent ces australiens chevelus restés bloqués dans les années du Flower Power, et de l’âge d’or des hippies. Ce premier album nous fait donc remonter le temps, et on s’imagine dans un champ, avec des fleurs dans les cheveux à refaire le monde entourés de vapeurs hallucinogènes.

Alors bien sûr, les sonorités nous semblent familières et ce album n’invente rien mais il se déguste avec délectation pour la voix très mélodieuse et légère qui nous accompagne tout au long de ce voyage temporel et pour l’utilisation du sitar (sans trop en faire) qui ravit toujours l’oreille (Cosmic Now, ) Une ambiance très Woodstock que l’on retrouve jusque dans les clips du groupe, visiblement peu soucieux de sombrer dans le cliché.

Léger, rafraichissant, insouciant, voire même naïf (Fall In Love, Half A Kiss) ce sont les qualificatifs qui viennent à l’esprit à l’écoute de la plupart des morceaux qui composent cet album qui ne se prend pas la tête. Le trio tente même une petite percée (réussie et plutôt marrante) vers la décennie suivante et son fameux disco (Monky Disco). Si l’on tend l’oreille on constate avec surprise (et un brin de chauvinisme) que certains choeurs se font dans la langue de Molière (Monky Disco, Peace Blossom Boogy, Superstition Shadow Walks)

Véritable petite parenthèse enchantée, ce premier album nostalgique tente de reproduire ce que d’autres ont fait il y a quelques décennies maintenant sans pour autant se prendre pour ce qu’il n’est pas. Un album sans prétention donc, dont on fredonne ou sifflote les mélodies avec un certain ravissement et le sourire aux lèvres. On félicite d’ailleurs le groupe pour la justesse avec laquelle ils ont choisi leur nom de scène : on le voit l’arc-en-ciel avec cet album !

Déjà conquise par l’EP du groupe, il en est de même pour ce premier album qui nous fait rêver à une époque qu’on a pourtant même pas connu. The Babe Rainbow nous font donc plaisir avec un album pourtant tout droit sorti du siècle dernier. Et après tout, un feel-good album n’est-ce pas exactement ce dont on a besoin en 2017 ?!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s