Belladonna of Sadness – Alexandra Savior

Si vous êtes des lecteurs attentifs de ce blog, ce dont je ne doute pas, vous vous souviendrez que j’avais déjà évoqué Alexandra Savior dans un article consacré à Cameron Avery du fait de leur collaboration passée. J’y reviens aujourd’hui pour livrer mes impressions à l’occasion de la sortie de son premier album Belladonna of Sadness.

Alexandra est une jeune américaine de 21 ans originaire de Los Angeles et qui vous envoûtera rapidement avec son timbre de voix doux tout en étant bluesy. Le 7 avril elle nous présentait donc Belladonna of Sadness, un album dont le titre est inspiré d’un film japonais des années 70 évoquant les sorcières. Et pour le coup, on ne peut que se sentir ensorcelée par cet album qui rejoint directement le haut de la liste des meilleurs albums de 2017.

Beaucoup l’avaient découverte l’an dernier en découvrant qu’elle avait co-écrit Miracle Aligner avec Alex Turner que l’on retrouve également sur cet album par ailleurs. Elle avait ensuite offert quelques extraits de cet album à paraître qui avait ravi de nombreuses oreilles comme le titre Shades par exemple.

Les attentes quant à l’album était donc pour le moins nombreuses et le moins qu’on puisse dire c’est qu’Alexandra parvient à convaincre dès les premières notes de son titre d’ouverture Mirage.  Comme sur l’ensemble de l’album on y retrouve un songwritting de qualité, une production léchée (qu’on doit notamment à James Ford) et des nappes instrumentales vraiment très belles. Souvent discrètes, les guitares prennent parfois plus d’importance pour donner de l’amplitude à ces 11 titres très réussis.

Dans cet album de jolies ballades soul-rock on retrouve un univers rétro, délicat, féminin, parfois mystique et résolument mystérieux, l’album s’achève même sur un titre intelligemment nommé Mystery Girl. On y ressent également beaucoup l’influence de Turner dans les mélodies portant la voix de l’américaine. Une voix (et un style!) qui nous rappelle un peu Nancy Sinatra.

Tout au long des 40 minutes, Alexandra chante de manière tellement fluide et naturelle qu’on a le sentiment qu’elle le fait sans effort et pourrait continuer encore de nombreuses heures. Sans artifices, sans jamais en faire trop, sans non plus tomber dans un cliché Alexandra Savior nous livre sur cet album ses états d’âme efficacement mis en musique et nous transporte avec sa voix douce et et son univers, on l’a dit, vintage.

Belladonna of Sadness, a tout d’un excellent premier album et nous montre une fois encore que le talent n’attend pas le nombre des années. On souhaite en tout cas du succès à cet album, suffisamment en tout cas pour qu’on puisse avoir le plaisir d’en entendre de nombreux autres mais quelque chose me dit que c’est bien parti pour Alexandra.

Et pour ceux qui souhaiteraient tester ses performances live, sachez qu’elle se produira le 27 avril prochain au Nouveau Casino, l’occasion d’un concert intimiste avec la prometteuse chanteuse.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s