Volcano – Temples

Après nous avoir enchanté avec le superbe Sun Structures sorti en 2014 et comblé avec la version Sun Restructured qui comprenait des versions rallongées des pistes du premier album offrant toute une palette de sonorités psychédéliques comme je les aime le quatuor Temples originaire de Kettering au Royaume-Uni nous revient enfin avec Volcano.

Temples - Volcano

© Heavenly Recordings

C’est bien connu dans le monde de la musique le passage du deuxième album est parfois un moment compliqué pour les groupes, d’autant plus lorsque le premier avait été acclamé à la fois par le public et la critique. Et pour moi, Volcano ne réussit pas à satisfaire les attentes forcément exigeantes que je fomentais depuis l’annonce de ce nouvel album.

Ayant eu l’opportunité de les voir jouer au Point Éphémère pour les 40 ans de l’emblématique label Rough Trade où le groupe avait interprété quelques inédits je pensais pourtant que Volcano pourrait être à la hauteur de mes attentes. C’est bien déçue que j’ai découvert cet album sur lequel les deux meilleurs morceaux sont pour moi les singles Certainty et Strange or Be Forgotten respectivement première et dernière chanson de l’album.

Pour le reste l’ensemble de l’album a pris une direction diamétralement opposée à son prédécesseur. James Bagshaw et ses comparses ont visiblement découvert les synthés et ne se privent pas d’en user abusivement au détriment de la basse par exemple qui manque sur l’ensemble de l’album. Et que dire de la voix devenue trop aiguë et presque désagréable par moments (Oh The Saviour…). Difficile de dire si James Bagshaw a décidé de chanter trop haut ou si c’est au niveau de la production que ces effets haut perchés trouvent leur origine toujours est-il qu’on est très loin du son qu’on avait apprécié sur le premier opus.

L’ensemble des chansons s’enchaînent, et pour le coup elles se démarquent difficilement les unes des autres. On se lasse très vite de cet album qui ne semble jamais décoller ou offrir le bouillonnement d’un volcan, ce dont on pourrait attendre d’un album portant ce nom. On arrive à la fin de l’album presque soulagé. Heureusement, pour moi la dernière est l’une des meilleures mais cela ne parvient pas à sauver l’impression que cet album laisse.

Ainsi le groupe a pris une direction résolument plus pop, et si certains passent l’exercice avec brio ce n’est pas le cas des anglais. En consultant des interviews ils déclarent avoir voulu se détacher d’un son trop attaché à une période (sûrement parce que Sun Structures sonnait résolument 60’s) mais cela fut donc fait au détriment de la qualité. On ne peut pas reprocher à un groupe de chercher à innover et de vouloir se renouveler afin de ne pas s’enfermer dans un genre mais on ne peut que regretter que Temples, qui était considéré comme l’un des groupes figure de proue du renouveau psychédélique outre-manche ne parvienne à ne nous proposer…que “ça”, et surtout après trois ans d’attente. Ce deuxième effort des britanniques m’a donc résolument déçue, compte tenu de leur potentiel et de leur prestation live, qui ne compense pas cet album loin d’être…volcanique.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s